La faisabilité du revenu de base

Le revenu de base a connu un envol médiatique assez fulgurant au cours des deux dernières années (depuis 2015), du fait notamment de sa mise en votation en Suisse, ainsi que de l’expérimentation finlandaise portant sur un échantillon de chômeurs – ce que à proprement parler le rend conditionnel et entre en conflit avec la définition du revenu de base (Rdb ci-après), mais passons.

Faisabilité technique et technologique

Le premier aspect à considérer est la faisabilité technique de la mesure. Si on le souhaitait, pourrait-on distribuer un montant identique pour tous les citoyens suivant leur âge, sans risque d’oublier des gens ni de verser deux fois à la même personne?

Dans un pays comme la France au XXIe siècle, la réponse est absolument positive. Il existe au moins deux identifiants administratifs univoques en France qui pourraient être utilisés comme identifiants d’attribution d’un Rdb: le numéro fiscal des particuliers, et le numéro de sécurité sociale. Il faut simplement noter que ces identifiants sont actuellement délivrés à l’âge adulte, ce qui implique soit de verser le Rdb d’un mineur à ses parents, soit de délivrer aux mineurs leur identifiant plus tôt qu’actuellement – ce qui ne pose pas vraiment de problème compte tenu de la manière dont ces identifiants sont construits.

Sur le plan de la gestion et de l’organisation des données, la technologie qui devrait être déployée pour procéder au versement d’un Rdb est d’une formidable simplicité par rapport à des applications telles que Facebook ou Twitter, outils largement répandus et stables néanmoins. Chaque identifiant unique – clé primaire en langage de base de données – devrait être relié à des coordonnées bancaires, mis en veille lorsque la personne émigre, et enlevé de la liste à son décès. Cette simplicité aurait de plus un avantage de taille: elle accroîtrait la sécurité du système en évitant les bugs et les failles inhérents aux systèmes remplis de procédures de procédures exceptionnelles.

Faisabilité politique

Le second aspect concerne le caractère acceptable politiquement d’une mesure.

Cette acceptabilité peut venir d’un processus démocratique direct, par élection d’un candidat proposant une mesure, ou par referendum. Il peut également être le produit d’un vote par une assemblée désignée en amont pour prendre des décisions: représentants élus démocratiquement, ou experts désignés sur critères d’accomplissement.

Il faut également considérer les contraintes institutionnelles en vigueur, comme les principes constitutionnels, même si à un certain point ceux-ci sont modifiables en fonction du contexte politique.

Enfin, on ne peut pas parler du revenu de base dans l’absolu. Il est une dépense qui a un financement (pas nécessairement une recette) en contrepartie. Selon que l’on décide de mettre en place tel ou tel type de prélèvement, de remplacer telle ou telle mesure existante, et éventuellement de supprimer des prélèvements par souci de cohérence, alors la faisabilité politique peut s’en trouver changée du tout au tout.

Faisabilité financière

Il reste un aspect très important à considérer, le nerf de la guerre: la question de savoir si les caisses vont se tarir, la dette exploser, etc.

Est-ce que l’on peut se permettre de mettre en place un revenu de base? Si l’on se donne les moyens de le mettre en place, via des prélèvements ambitieux et une bonne architecture globale, alors il est tout à fait possible qu’un cercle vertueux se crée, et rende le financement viable a posteriori.

Ceci étant dit, la faisabilité financière est évidemment dépendante du montant. Mettre en place un revenu de base à 2000€ dans un pays où le revenu net par tête est inférieur à ce montant serait problématique. A moins d’une propension à épargner très élevée, le pouvoir d’achat se retrouverait soit à alimenter une demande purement nominale pour de nombreux biens, soit à gonfler la liste des importations.

L’économie a besoin à la fois de stabilité pour garantir des débouchés permanents à la production, et de flexibilité pour dégager des marges de manoeuvre permettant l’amélioration technologique du système productif. Le revenu de base fait partie des mesures qui permettent d’atteindre un bon compromis entre les deux.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.